La box vacances #7

Et oui, de nouveau les vacances, la séparation… Cette fois-ci elle est un peu plus longue, car avec le déménagement nous prenons le temps de finir les cartons et le ménage sans elle, et aussi quelques jours dans la nouvelle maison le temps de déballer un petit peu… Alors elle part pour quasiment 15 jours. Elle revient 2/3 jours à la maison avant de repartir en camping avec son parrain, puis elle repartira une semaine dans le sud avec sa marraine. Top programme pour cette petite !

Donc, comme chaque fois qu’elle part sans nous, elle a sa petite box vacances… Cette fois-ci elle est un peu plus grosse car son « vrai » anniversaire tombe demain… Même si elle a déjà son cadeau, je voulais marquer le coup. Alors elle trouvera dans sa box…

summer box

Du Hello Kitty : un cahier de peinture et un short

hello kitty

Des livres : un avec plein d’histoires de loup et un autre qui raconte l’arrivée dans une nouvelle maison, parfait !

livres enfant

Des jeux :  un jeu vintage pour composer des mots et un petit carillon a construire.

jeux enfant

En plus des activités que lui réservent ses grands-parents et ensuite sa tante et ses cousines au bord de la mer, je pense qu’elle va passer de bonnes vacances… Même sans nous !

NB : elle a eu sa box mardi, jour de son anniversaire… 6 cadeaux pour mes 6 ans a-t-elle dit ! Et dire que je n’y avais même pas pensé…

La blessure enfouie

Il y a ces blessures qui mettent du temps à guérir. Il y a ces blessures qui vous changent à tout jamais. La perte de notre petite fille à 6 mois de grossesse il y a un peu plus de 2 ans a surement été l’épreuve la plus difficile à combattre, la blessure la plus lente à guérir pour moi. Il y en a eu d’autres, comme le décès de mes grands-parents ou de mon père, mais celle-ci a été la plus longue à cicatriser. Depuis, la vie a repris son cours normal et joyeux… On pense à elle, souvent, on ne l’oublie pas bien sûr, d’ailleurs on ne l’oubliera jamais. Quand je pense à elle, un soupçon de tristesse, de nostalgie, de peine m’envahit, quelques instants, et la vie reprend son cours.

Je pensais avoir oublié tous les moments difficiles, les jours, les heures entre l’annonce de ses poly-malformations et l’accouchement. A vrai dire, je n’y pensai plus du tout. Et puis une blogueuse que je connais a malheureusement vécu une situation similaire. Et tout est remonté d’un coup. Des images , des sensations, des sentiments enfouis au plus profond de mon être ont rejailli à la surface… J’ai ressenti physiquement la souffrance que j’avais connu, je me suis revue à la maternité, le choc, l’incompréhension, la colère… Garder le bébé 1 mois avec moi sachant que l’inéluctable aurait lieu… Espérer l’impossible, que peut-être elle aurait une chance, vu qu’elle continuait à se développer dans mon ventre… J’ai revécu ces heures les plus noires, où je restais prostrée, à regarder bêtement la télé et les programmes les plus stupides pour me vider la tête… Je revois le jour J, la maternité, la gentillesse de la sage-femme, la venue du bébé mort-né, les pleurs, les pleurs…

Toute cette douleur, je pensais l’avoir oubliée, écrasée, éradiquée à tout jamais. J’avais beaucoup de moments de black out, surement un masque que je m’étais mis pour avancer, pour ne plus souffrir. J’ai tout repris en pleine figure à l’annonce de cette terrible nouvelle qui m’a replongée dans la passé. Une grosse claque à laquelle je ne m’attendais pas. Cette blessure est finalement plus profonde que je ne pensais, elle était juste enfouie et attendait vicieusement un événement déclencheur pour refaire surface. Mais heureusement le temps a passé, et j’ai finalement accepté tous ces souvenirs comme faisant aussi partie de ce que je garde d’elle. Elle, Erika, la petite sœur qui n’est pas venue.

sunset

Wishlist des 6 ans

Le casse-tête des cadeaux d’anniversaire a recommencé ! Dans quelques jours la gnomette fêtera ses 6 ans, sans nous comme la plupart des étés car elle sera en vacances dans le Nord… Nous le fêtons en décalé, comme souvent, demain, avec celui de sa cousine qui est née quelques jours avant. Bien sûr, elle l’a déjà fêté avec ses copains de l’école, surement le plus important à ses yeux !

Comme elle n’est pas très exigeante ni demandeuse, il faut que je lui tire les vers du nez pour savoir ce qu’elle aimerait… Je pensais qu’avec l’âge elle aurait des envies plus précises, mais non, je dois toujours la faire parler, essayer de deviner selon nos discussions… Après pas mal de papotage, elle m’a parlé de 2 cadeaux, le reste, c’est de la déduction… Et j’espère ne pas m’être trompée !

Ce qu’elle a demandé elle :
- un appareil photo numérique : elle en avait déjà parlé, on avait regardé mais ceux pour les petits ne nous avaient pas convaincus. Sachant qu’elle fait déjà de superbes photos argentiques, nous avons préféré attendre et lui offrir autre choses qu’un joujou en plastique. Alors elle aura un vrai petit numérique rien que pour elle ! Et elle arrêtera de piquer nos téléphones pour faire des photos…
- un déguisement de Peter Pan : oui, oui, Peter Pan. Elle avait eu la fée clochette, il est trop petit, et elle veut absolument Peter Pan… Bon choix !

Ce que j’ai déduit de nos conversations :
- un kit de création de bijoux : celui-ci est avec des kokeshi, elle les a étudié en GS et en a dessiné des dizaines, parfait !
- un jeu pour apprendre à lire l’heure : elle en a envie depuis si longtemps…
- un kit de jardinage : et oui, nous allons avoir un jardin, et elle veut nous aider !
- un jeu pour jouer dans le jardin : un croquet pourquoi pas, c’est un jeu familial sympa. La balançoire ou cabane nous verrons avec le Père Noël…

cadeaux 6 ans

Nous lui offrons l’appareil photo et une mamie le déguisement de Peter Pan. Le reste, on verra ce qu’elle aura, de cette liste ou non. En tout cas, j’ai hâte de voir sa tête demain soir lorsqu’elle découvrira les cadeaux qu’elle voulait vraiment…

Des fraises sur ma fenêtre

Certes, ce n’est pas facile de pouvoir cultiver des fruits et légumes quand tu habites un immeuble sans balcon en très proche région parisienne… Jusque là j’ai toujours fait pousser des herbes aromatiques, on a aussi essayé des tomates (mais perso je n’aime pas ça), des haricots verts (que feu le chat a grignoté dès qu’un semblant de pousse apparaissait)… Et puis il y a 2 ans on a décidé de tester la culture de fraises. Des amis en faisaient pousser sur leur balcon, alors pourquoi pas sur une simple jardinière de fenêtre ?

L’an passé nous avions 2 jardinières réservées aux futures fraises. J’ai acheté 4 pieds de fraisier Marat des bois a la campagne, et c’était parti. Nous avons eu quelques fraises, peut-être une vingtaine en tout. Peu pour 3, certes, mais on était déjà plus que ravis ! Ces fraisiers ont fait des stolons que l’homme a replanté (oui, c’est lui la main verte du couple).

L’hiver arrivé (enfin, le semblant d’hiver), nous les avons laissé dehors dans les jardinières, sans trop nous en occuper. Le printemps venu, elles ont commencé à reverdir et pousser. Nous avons rajouté une troisième jardinière pour en avoir plus. Mais avec le manque de soleil de cette année, les premières fraises ont mis du temps à sortir… En vacances à Nice nous en mangions tous les jours du balcon des copains, alors que chez nous on en était à peine aux fleurs… !

Par contre, je ne sais pas si c’est lié à la météo pluvieuse, mais nous avons eu des fleurs par dizaine, et donc aujourd’hui des fraises par dizaine ! C’est incroyable, un des pieds croule sous les fraises en devenir, du jamais-vu sur nos fenêtres ! Et vous savez quoi ? Elles sont bien meilleures que celles que l’on a acheté dans le commerce. En toute objectivité en plus, si, si. Le bonheur des grands et des petits !

strawberries on my window strawberries on my window strawberries on my window

On peut donc habiter en ville, ne pas avoir de balcon et quand même avoir sa petite récolte personnelle de délicieuses fraises…  Et en plus, sans trop d’entretien. Alors, envie de tester ?

strawberries

Clap de fin sur la maternelle

Mais que le temps file… C’est la (triste ?) constatation que je fais aujourd’hui, alors qu’on vient de finir le cycle de 3 ans d’école maternelle… Mais non, impossible, c’est hier qu’elle y a mis un pied ?

Je me souviens encore parfaitement de l’émotion du premier jour de maternelle… De la découverte de cette école particulière, avec sa cour immense avec une belle partie tout en herbe, du grand luxe ! De ses classes avec de si grandes fenêtres, sa rotonde devenue salle de sport… Une école vraiment au top niveau infrastructure pour les enfants.

Les différentes années sont passées à vitesse grand V, l’école a permis à ma petite gnomette un peu timide de s’épanouir, d’affirmer son caractère, de découvrir la vie en communauté, d’apprendre à ne pas se laisser faire… Les bases de sa future vie. Elle y a rencontré plein de copains, et étonnamment, d’année en année, elle a gardé des amitiés fortes avec ceux de la PS, alors qu’ils n’étaient plus dans la même classe… Ceux que l’on retrouve à son anniversaire cette année.

Niveau apprentissage, rien a redire, la gnomette s’est éclatée au long de ces 3 années. Elle aime bien apprendre, elle a « bien travaillé » comme elle dit, à tous les niveaux : graphisme, math, compréhension, participation à la vie de la classe et en communauté etc. Je pense même que la cantine lui a fait goûter des choses qu’elle aurait rechigné à tester chez nous.  Chaque année et chaque maîtresse lui auront apporté plein de bonnes choses, de façon différente, qui ont participé à faire d’elle la super petite fille qu’elle est aujourd’hui (moi, subjective ?)

Cette année chez les grands s’est terminée par des visites à l’école primaire, pour les préparer au CP et le fonctionnement de la classe un peu différent (la gnomette a tout de suite remarqué qu »il n’y avait plus de coin jeux…). Même si elle ne sera pas dans cette école-là, celui lui donne une idée de ce qui l’attend au CP… Ailleurs.

Durant ces 3 ans, elle a aussi passé pas mal de temps au centre de loisirs, tous les soirs et la moitié des vacances scolaires. C’est pratique, il est dans l’école, donc pendant les vacances ils pouvaient profiter de cette cour de fou et des infrastructures de la maternelle, tout en étant dans un lieu très familier, avec des animateurs au top, les mêmes qui ont tourné sur les différents niveaux pendant 3 ans, et qui donc connaissent bien les enfants.

Et puis le dernier jour est arrivé, on a dit au revoir et merci à la directrice de l’école, à la maîtresse, aux animateurs… En 3 ans, on a le temps de se connaitre ! Et ça fait toujours un petit pincement au cœur de se quitter pour de bon, de se souhaiter bonne continuation… Enfin pour les adultes surtout (peut-être même que pour moi ?), car je n’ai pas ressenti de tristesse ou de mélancolie chez la petite… Quelle chance ils ont ces gosses, alors que moi j’étais toute chouchoune que ce soit  la fin…

Une page qui se tourne, certes, mais un nouveau chapitre va bientôt commencer !

maternelle maternelle

maternelle