Quitter sa zone de confort

Ah cette fameuse zone de confort, qui n’en a pas entendu parler ? Cette espèce de prison dorée, ce quotidien, cette routine où tout semble familier et confortable, à tel point que l’on pense être super épanoui. On l’est sûrement un peu, dans cette bulle où tout semble si sécurisant ! Un univers qui nous est habituel, rassurant, mais dont les limites s’arrêtent là où se trouve l’inconnu… En vivant dans cette routine au quotidien, on ne se pose plus de questions, on ne réfléchit pas vraiment, on accepte les choses telles qu’elles sont, et au final on ne prend pas de décisions. Ne rien faire pour changer cette routine, c’est tellement rassurant… Et pourtant, on se plaint, on râle, on n’est pas forcément vraiment contents de cette situation dans laquelle on se réfugie, mais qui calme nos angoisses car cela nous permet d’agir de façon automatique, sans penser. Et sortir de cette zone de confort nous fait peur car cela signifie casser cette routine facile et aller vers l’inconnu qui fait si peur…

J’ai été longtemps comme cela, oui j’avoue ! Je râlais le matin dans les embouteillages, pestais contre cette ville avec des gens sans sourire, râlais quand je marchais dans une des nombreuses crottes de chien, je trouvais notre appartement petit, même pas un balcon, enfin tout plein de petits trucs que j’acceptais comme faisant partie de ma vie (et je pourrai vous en citer plein d’autres… ), c’est comme cela, et basta. En fait cela cachait une envie folle de changer d’endroit, de vie, mais en même temps j’avais peur. Peur de quoi ? De quitter un job sympa pour essayer autre chose alors que les temps sont difficiles ? De partir vivre dans un nouvel endroit où l’on doit tout recréer, les amitiés, les sorties etc ? Mais dans ce cas, il aurait fallu accepter de « végéter » dans un quotidien qui ne nous plaisait plu et aurait fini par nous peser d’une façon ou d’une autre jusqu’à nous rendre aigris.

Cela nous a pris du temps, de nous poser, de comprendre cette zone de confort et pourquoi elle nous empêchait d’avancer. Oui il m’a fallu beaucoup réfléchir, peser les pour et les contre, compendre pourquoi j’avais peur de commencer une nouvelle vie ailleurs. Au début on voit surtout les point négatifs du changement, puis on réfléchit de nouveau, encore et encore, on arrive à gérer ses angoisses et à ne plus voir que les choses positives qui sont notre vraie motivation.  Et aussi accepter que les incertitudes qui persistent sont surtout dues à un manque de confiance en soi, alors qu’au fond, nous sommes seuls maîtres de notre avenir. Oh non, comme Rome, ça ne se fait pas en un jour, ça prend du temps…

Aujourd’hui, quelques mois après avoir quitté cette fameuse zone, je n’ai aucun regret. Je crois bien que dès que j’en suis sortie j’ai su que c’était le bon choix. Pourtant, il reste des petits incertitudes mais je me suis très fortement rapprochée de la vie que j’aimerai avoir. Je suis mieux, je vis mieux aujourd’hui ! Au final cela ne m’a pas demandé tant d’efforts que cela…

Nous avons quitté une vie « facile », avec chacun des bons jobs, mais qui ne nous rendait pas complètement heureux. Nous avons quitté un petit appart hors de prix proche de la capitale, beaucoup de transport, peu de temps avec la gnomette, pour une maison avec un petit jardin, en création d’entreprise, pas de transport (10mn max à travers champ) et bien plus de temps qualitatif avec la petite. Comment regretter ? Un aperçu avant/après ;) Avant les bouchons du perif, mon quotidien, aujourd’hui, le soir après l’école, mon nouveau quotidien (certes, pas en hiver).

zone de confort

A l’époque, cette vidéo m’a aidé à comprendre le pourquoi du comment, je trouve qu’elle résume bien mieux que mes quelques mots tout ce qui peut être dit que la zone de confort… Et vous, qu’en pensez-vous ?

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Comments

  1. says

    C’est génial d’oser ! Pareil pour moi mais pas pour le même changement, j’ai mis du temps à me décider et c’est encore en construction mais je pense que c était le bon choix :)

    • happy ever after says

      Oui c’est vrai que tu as aussi changé d’orientation pro… En tout cas l’important c’est d’essayer pour ne pas regretter :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.