Felice Varini, “La Villette en suites”

Cette semaine sera donc dédiée à la Villette et ses expositions. Nous avons profité de ce beau mercredi pour retourner voir les géants, mais aussi admirer les 4 créations géométriques et colorées de Felice Varini, artiste contemporain suisse qui crée des superbes illusions 3D.

Felice Varini

Varini dessine des formes géométriques simples – carré, triangle, cercle, rectangle –  des aplats de couleur disposés ça et là dans l’espace. Le dessin prend forme si l’on se met à un point de vue bien précis. Mais dès que l’on s’en écarte, la perspective reprend ses droits, le dessin disparaît et l’on n’en perçoit que des morceaux sans queue ni tête. 

“L’espace architectural, et tout ce qui le constitue, est mon terrain d’action. Ces espaces sont et demeurent les supports premiers de ma peinture. J’interviens in situ dans un lieu chaque fois différent et mon travail évolue en relation aux espaces que je suis amené à rencontrer.” Felice Varini

Cela m’a beaucoup plu, mais par contre la gnomette s’est plutôt amusée à trouver avec les différents fragments peints ici et là : “Oh du bleu ! du jaune ! C’est drôle toutes ces couleurs mises n’importe comment !” L’oeuvre finale n’a eu que peu d’importance pour elle.

Felice Varini Felice Varini Felice Varini

Nous avons passé encore un très bon moment à La Villette. Ces expos gratuites dans le parc permettent à tout le monde de s’initier à l’art contemporain de manière ludique tout en se promenant.

Je vous mets aussi quelques photos plus “classiques” du parc car, vous l’aurez compris, on l’adore ! D’ailleurs, il est encore temps d’y aller ce week-end avant que ces 2 expos ne soient finies…

Parc de la Villette Parc de la Villette Parc de la Villette

Je vous laisse avec un petit film qui explique comment travaille l’artiste. Alors, tentés ?

L’air des géants s’installe à La Villette

l'air des geants

Après les festivités d’été à la Villette, la rentrée se fait sous le signe du gigantisme : 10 sculptures gonflables géantes sont disséminées dans le parc. Différents artistes internationaux, pour ces structures si particulières en plastique ou en tissu. Certaines même sont animées, comme la pieuvre ou la fleur de lotus (nos préférées).

C’est très sympa, avec la gnomette on s’est amusées à les chercher dans tout le parc, comme si on faisait une chasse aux trésors. C’est à qui apercevrait en premier un bout de la sculpture ! Un jeu pour elle/nous, une occasion de profiter de La Villette par ces derniers beaux jours d’été. D’essayer une initiation à cette tendance de l’art contemporain que sont les créations gonflables/monumentales… C’est ludique, original, gratuit, pour les grands et les petits ! Et c’est jusqu’au 13 septembre (de 11h30 à 20h). Il est encore temps !

Un “petit” aperçu… (avec la gnomette sur certaines photos pour bien se rendre compte de la taille de ses sculptures)

NB :  si vous remettez les singes dans le bon ordre, une phrase apparaît…

l'air des geants l'air des geants l'air des geants l'air des geants l'air des geants l'air des geants l'air des geants l'air des geants l'air des geants l'air des geants l'air des geants l'air des geants l'air des geants l'air des geants l'air des geants

JPG : l’enfant terrible de la mode au Grand Palais

Cela faisait quelques temps que je devais y aller avec une amie, et de contretemps en contretemps, nous n’avons pu y aller que la semaine dernière, quelques jours avant le fin de l’expo. Et quelle expo ! Une très belle scénographie, un peu d’interactivité, la possibilité d’admirer de très près les créations… Comme on dit, j’en ai pris plein les mirettes.

La visite se fait par thème/style et non par époque. Je vous emmène faire un petit tour visuel de quelques thèmes…

On commence directement par ce qui fait la signature de JPG : la fameuse marinière… Déclinée sous plusieurs formes, pour homme ou femme, elle renvoie à la figure récurrente du marin chez Gaultier.

marinière jean Paul Gaultier marinière jean Paul Gaultier

Le thème Punk Cancan, scénarisé comme un défilé, avec les mannequins qui défilent (un plateau les fait avancer) et les “stars” assises au 1er rang. Mise en scène vraiment sympa, nous nous sommes amusées à deviner qui était représenté… De l’autre coté du podium, le style punk/steampunk qui représente bien le côté souvent anticonformiste des créations de JPG.

Jean Paul Gaultier Jean Paul Gaultier Jean Paul Gaultier

Puis l’espace “Salon”, où l’on trouve les superbes corsets et leurs interprétations. Gaultier ré-inventes des classiques et évoque à travers eux une libération de la femme : ce ne sont plus des instruments de torture, mais des vêtements qui se veulent l’équivalent des vestons pour les hommes.

Jean Paul Gaultier

On enchaîne avec le thème “A fleur de peau” ou “Classé X”. On pourrait se croire dans les ruelles rouges d’Amsterdam version luxe. Un tantinet érotique, fétichiste et en même temps romantique, ses créations amènent de nouvelles matières dans le monde de la haute couture, tel le latex, la résille… Sans jamais tomber dans la vulgarité. D’autres représentent la femme nue au travers de broderie ou d’imprimé, comme une seconde peau.

Jean Paul Gaultier Jean Paul Gaultier Jean Paul Gaultier

A travers le thème “Metropolis”, on découvre ses créations pour le cinéma et le showbizz. J’ai ainsi appris que même Kurt Cobain, le roi du grunge (et une de mes idoles de jeunesse) avait succombé au charme de JPG !

Jean Paul Gaultier Jean Paul Gaultier et nirvana

L’exposition se termine sur le thème “Jungle Urbaine”. JPG dans toute sa splendeur, mélangeant tradition, folklore et modernité, mêlant des matériaux précieux de la haute couture (plumes, perles, fourrure) aux des codes modernes (tel le look militaire). Un mélange détonnant aux finitions parfaites.

Jean Paul Gaultier Jean Paul Gaultier Jean Paul Gaultier Jean Paul Gaultier Jean Paul Gaultier

Bien sûr, je n’aime pas tous les modèles, il y en a même qui ne me plaise pas dut tout… ! Mais techniquement parlant, c’est toujours superbement pensé, réalisé, brodé… Le choix des coupes, des matières, des couleurs… magnifique. Et sa créativité débordante est vraiment impressionnante.

Pour l’interactivité, c’est assez sympathique, des hologrammes sur les têtes de certains mannequins comme vous pouvez le voir ci-dessous. Il y a aussi toute une interview du créateur comme ceci.

Je ne vous en dis pas plus… Si vous aimez le haute-couture et/ou Gaultier… Foncez !  L’expo se termine dans quelques jours…

Un petit tour au Musée des Arts Forains

1er Janvier 2015, 10h30. Nous voilà avec un couple d’amis et leur gamine devant l’entrée du Musée des Arts Forains. 10h30, oui, çà pique un peu. Mais pour avoir tenté l’expérience il y a 2 ans, il vaut mieux être là tôt, pour en prendre plein les mirettes tranquillement avant le débarquement massif de gens.

Car ce musée n’ouvre qu’une semaine par an au public. Une semaine, oui, autant dire qu’il faut être au taquet pour ne pas rater ça ! Son créateur, Jean-Paul Favand, a rassemblé depuis 35 ans des milliers d’objets rares : pièces foraines anciennes, objets du spectacle (Théâtre, music-hall) objets de curiosités…

Dedans, tout est magique. C’est comme si tu avais cligné des yeux et que tu étais transporté dans un monde ludique et féerique, d’une autre époque. Une fontaine magique, une montgolfière-éléphant, ou une licorne jouant du piano. Une fête foraine de la belle époque et ses manèges centenaires de chevaux de bois. Une petite Venise, avec sa lagune et son palais baroque. Des miroirs déformants, des lions, des apparitions de l’Olympe. A cela s’ajoutent des spectacles de magie, de musique, des sons et lumières…

Sans oublier tous les anciens photobooth (a mon avis bien plus rigolos et décalés que ceux d’aujourd’hui… ).

Même nous les adultes avons fait notre tour de manège sur le vélocipède : un manège qui ne fonctionne que si on pédale, pédale, encore et encore… et il est lourd ! J’ai rigolé jusqu’ à épuisement.

Nous sommes restés la matinée, on a pu profiter de pas mal de choses, des spectacles… et voir le musée se remplir au fur et à mesure des heures qui passaient…. Finalement on a été contents de partir car il commençait à y avoir beaucoup  trop de gens a notre goût… Pas très envie de faire la queue pour un manège, ni de se battre pour être les mieux placés au spectacle.

Je vous recommande vivement d’aller y faire un tour. C’est beau, magique, onirique, hors du temps, une parenthèse enchantée pour bien commencer l’année. Mais maintenant il vous faudra attendre l’an prochain !

Musée des Arts Forains, Pavillon de Bercy, 75012 Paris

Henri Cartier bresson : l’oeil du siècle

Amateur ou non de photo argentique, le nom d’Henri Cartier Bresson ne peut pas t’être inconnu… Il fait partie des grands, très grands photographes. Un maître dans son genre. Avec son regard unique, et ses cadrages parfaits, pris sur le vif, à l’instant décisif. Ce qui a fait sa force et son talent, cette vision unique du moment capturé. Le voir prendre des photos est un vrai plaisir. Il avance dans la rue, repère quelque chose, et shoote, une jambe en l’air pour obtenir la cadrage qu’il souhaite. Il peut aussi rester des heures à attendre dans un lieu une personne, une chose qui va rendre sa photo unique et si belle.

Le centre Georges Pompidou lui consacre sa première grande rétrospective, 10 ans après sa mort. Environ 400 clichés sont exposés, représentatifs de chacune de ses “périodes” artistiques : du Surréalisme à la Guerre froide, en passant par la guerre d’Espagne, la Seconde Guerre Mondiale et la décolonisation. Les photos sont traitées par “thème” ou “période”, avec un court texte explicatif  qui aide à comprendre l’évolution de ses photos au fur et à mesure des années, et sa façon de “voir” à ce moment-là. Mais avec toujours cet art du cadrage, cette sensation qu’il était là au bon moment.

Je ne vous en dit pas plus, je ne suis pas là pour écrire sa biographie, vous la trouverez aisément si vous vous y intéressez. Je vous conseille vivement d’aller voir par vous-même, viiiite car l’expo se termine le 09 juin (mais c’est nocturne tous les soirs jusqu’à 23h).

J’ose un petit bémol : les clichés choisis ne sont pas forcément tous les meilleurs a mes yeux. J’ai vu une autre exposition d’HCB ou j’étais soufflée tout le temps, en admiration totale. Ici, j’ai moins eu cette sensation, certaines périodes me plaisent moins que d’autres… Mais cela reste une exposition incontournable de celui qui est considéré comme un des meilleurs photographes du siècle.

Henri Cartier-Bresson