Des vacances avec Club Enfants : le bonheur pour petits et grands

club enfants

Souvent, quand on part en vacances ailleurs que chez des amis, j’essaye de trouver un endroit sympa où il y a un Club Enfants. Ce qui n’est pas facile, car l’esprit Club, ce n’est pas trop notre truc… L’an passé aux Baléares, il y avait un Club Enfants dans l’hôtel, mais elle n’avait pas voulu y aller. Soit. Du coup, dans notre location l’été dernier, je n’avais pas spécialement cherché un endroit avec Club.

Pour ces vacances-ci, j’avoue, j’ai fait le minimum syndical car après le décès de mon papa, je n’avais pas trop le cœur à çà… L’homme devait retrouver un de ses vieux amis pour quelques jours, dans le Sud, notre seul impératif était donc de chercher une location dans ce coin. J’ai fini par trouver un endroit avec Club Enfants, en me disant pourquoi pas ? Peut-être cette année sera-t-elle tentée ? Bingo ! C’était LA bonne idée. Quand dans la voiture je lui ai dit “tu sais il y a un club enfants, tu pourras y aller si tu veux”, je m’attendais franchement à un non. Et ce fût tout le contraire…  “Ah oui maman, je peux y aller quand ? Tous les jours ? Ça commence quand ?”

Et… Elle y a été 5 demi-journées. Incroyable ! Deux heures le matin, et trois heures l’après-midi. Ce qui tombait bien car j’avais besoin de calme et de repos pour me requinquer. Ce qui tombait bien car elle préfère s’amuser avec des enfants plutôt que de visiter la vieille ville avec nous… Normal à presque 5 ans !

On a quand même passé du temps tous les trois ensemble, et la piscine le soir à 17 h après le club. Et nous, les adultes, nous nous sommes promenés en amoureux… La formule parfaite ? Oui, pour ces vacances-ci en tout cas… J’avais grand besoin de me reposer, j’ai pu le faire. L’animatrice du club était sympa, les activités et les autres gnomes aussi. Ses copines venaient même la chercher le matin avant le club… ! Quant à nous, l’endroit était quasi désert, aucune animation pour les grands, donc c’était juste ce qu’il nous fallait. Je ne suis pas sûre d’aimer être là en plein été… Mais ce fût une bonne alchimie pour ces quelques jours dans le sud.

Maintenant, il va falloir que je réfléchisse où aller cet été…

plage

Adieu doudou

Toute petite, elle n’avait pas vraiment de doudou. Jusqu’au moment où elle a été chez une assistante maternelle, après ses 1 an. Le doudou s’est alors présenté comme “objet transitionnel”, pour mieux gérer la séparation etc. Du coup, on a essayé de lui faire choisir un doudou, mais elle s’en fichait éperdument. On a donc tranché. On a choisi un doudou petit et léger, et avec des couleurs vives. Ce fut donc Ratonito, rapidement surnommé “Toto” (comment ai-je pu imaginer un instant qu’une gamine d’un an pourrait prononcer ce mot “Ratonito” ?!)

Toto est donc entré dans sa vie.. et dans la nôtre. Car une fois un doudou adopté, il faut constamment y penser, nous, les adultes… une petite pression supplémentaire, allez ! Elle s’est quand même prise d’affection pour lui, alors je me suis empressée d’en acheter un deuxième, au cas où elle le perde. Au vu des drames dont j’ai entendu parler… j’ai anticipé.

Un matin, je retrouve Toto dans mon sac, au travail. Catastrophe ! J’appelle nounou qui me dit qu’elle a des doudous de rab. Le soir, j’apprends qu’il n’y a eu aucun souci. L’autre doudou a fait la sieste avec la gnomette, comme si c’était son Toto. Ouf, j’avoue, je fus soulagée, je me voyais déjà bad mother dans toute sa splendeur. Et puis c’est arrivé plusieurs fois, que Toto vienne avec moi au boulot, le sacripan. Et à chaque fois elle s’endormait sans souci avec un autre.

Un autre jour, je la vois sortir de sa chambre avec… les 2 Totos. Nouvelle catastrophe ?! Comment expliquer ça ? Et bien… très facilement, “oh c’est son frère” ! Elle n’a pas cherché plus loin, et a trouvé çà très drôle d’avoir 2 Totos. Tout cela me faisait quand même douter sérieusement de son attachement à son doudou…

Et puis est arrivé le jour où elle a voulu amener un autre doudou chez nounou. C’est arrivé régulièrement. En petite section, idem, elle changeait de doudou au gré de ses envies. Et si par hasard le soir la maîtresse oubliait de sortir la caisse a doudous, “c’est pas grave maman je le prendrai demain”. Ouf. Car j’en ai vu des pauvres gosses pleurer à chaudes larmes car ils n’allaient pas avoir leur doudou ce soir-là…

En moyenne section, plus de doudou. Du coup… plus de doudou pour la sieste, pour le dodo, plus de doudou du tout ! Ou alors tout plein dans le lit. Ou juste la poupée. Selon l’humeur du moment. Quand on part quelquepart, parfois elle ne veut même pas en amener. Et on insiste, histoire de… L’habitude ? J’en arrive même à me dire qu’elle n’en aurait pas vraiment eu besoin, de doudou…

Bref, ici, le doudou aura été abandonné en douceur, sans scrupules naturellement. Le pouce, lui, ça va surement être une autre affaire… !

Les “expliqueurs” (ou la frustration d’une petite fille qui voulait savoir lire)

Depuis qu’elle est petite, on sent bien que notre gamine est plus intellectuelle que Lara Croft manuelle. Ayant su très tôt manier l’art de la parole (avec des phrases complètes à 1 an), elle a bien évidemment continuer à développer ce sens. Elle fait partie de cette catégorie de gnomes qui aiment compter et écrire, aiment les lettres… Si je lui demande de ma faire un dessin, il y a des grandes chances que je me retrouve avec l’alphabet.

Je ne sais même pas comment mais elle a réussi à maîtriser les petites lettres sans qu’on en parle à la maison.

Cela fait maintenant quelques temps qu’elle suit avec son doigt les lignes des livres d’histoire quand on lit… Quand elle est au temps calme, elle est frustrée de ne pas pouvoir lire ses livres toute seule. Je lui dis de ré-inventer l’histoire, de la re-créer… Mais non, rien n’y fait, elle tient absolument à lire les expliqueurs. “Mais maman je sais pas lire les expliqueurs !” Les quoi ?? Oui, oui, tu as bien lu, les expliqueurs. Ces lignes sous les images et qui racontent l’histoire… Logique, non ? Cette logique propre aux enfants mais qui résume tellement bien les choses !!

Alors, si elle a tellement envie d’essayer de lire, peut-être serait-il bon d’aller dans son sens… ? On y réfléchit…

La première invitation à un anniversaire

Il y a des moments comme ça, qui nous semble anodins, mais qui marquent la vie d’un gamin. Il y a quelques temps, l’année dernière en fait ! La gnomette a été invitée à sa première fête d’anniversaire. L’événement ! On en a entendu parler pendant des jours ! On a regardé et regardé l’invitation. Elle a été invitée non pas par une copine d’école, mais par la fille d’une de mes amies, qu’elle voit régulièrement. Et les gamines s’apprécient beaucoup… Donc la gnomette a été invitée. A un anniversaire de grande, Louison a un an de plus qu’elle. Et elle s’est fait toute belle.

On part donc un mercredi après-midi dans une jolie banlieue lointaine, vers une chouette maison avec un grand jardin, l’idéal pour une fête anniversaire de gnomes. Il fait beau, il fait chaud. (oui, c’était presque l’été… ) On part après le déjeuner, 45mn de voiture. La petite s’endort, forcément, c’est l’heure de la sieste… Une fois arrivées, je dois la réveiller… Ce qui ne la met pas souvent dans la meilleure des dispositions si elle n’a pas dormi son dû l’après-midi. Ooops.  Elle arrive donc pas bien réveillée chez sa copine, déjà entourée de ses camarades de classe, 5 petits garçons turbulents. D’un naturel timide, l’intégration n’est pas facile… Encore moins mal réveillée… Je reste avec elle, le temps qu’elle émerge. Mon amie a préparé toute une série d’activité d’enfer, le but final étant d’aller chercher un petit paquet cadeau dans la pièce où dort le monstre.

Finalement, une fois bien réveillée, la gnomette s’adapte plutôt pas mal, participe bien aux jeux, elle si timide…

Sauf au moment d’aller dans la salle du monstre… Celui-ci est trop effrayant, et même les petits gars de 5 ans en ont une peur bleue !!

L’après-midi se termine à jouer dans le jardin, goûter, cadeaux et trampoline.

Puis tous les gnomes sont partis au fur et à mesure, sauf nous, histoire de ne pas tomber dans les embouteillages.

On est donc restées tard le soir, les filles ont pris un bain ensemble, on a dîné sur place, la gnomette a profité de sa copine tranquillement. Je crois qu’elle garde un meilleur souvenir de ces moments-là, plus que l’après-midi ou elle s’est senti quand même un peu seule parmi tous ces “inconnus”…

Elle est revenue avec plein de souvenirs de cet anniversaire , mais elle en a aussi ramené une peur d’aller seule dans sa chambre, hein, parce qu’il pourrait y avoir un vilain monstre… !

Depuis, en Décembre, elle a été invité à un autre anniversaire, d’un de ses copains de classe de l’an passé qu’elle voit toujours au centre de loisirs… On a encore regardé et regardé l’invitation, compté les jours avant le jour J… Incroyable, comme si c’était la première fois ! Cette fois-ci le thème était “Les Pirates”, elle n’en a ramené que des bonbons ;-)

Et elle m’a déjà demandé si elle pouvait inviter untel pour son anniversaire… Je crois bien qu’on va y passer cette année ! :)

Bien au chaud

Ouch ! ça faisait bien longtemps que je n’avais pas fait un petit look de gnomette… Je ne crois pas depuis ce nouveau blog. L’une des blogueuses avec qui j’avais fait le swap “souvenirs de vacances” a proposé de montrer un petit look par mois, sur un thème choisi par l’une d’entre nous. Théoriquement, on doit le publier le 1er du mois… Mais voilà, je crois que moi et les dates…

Ce mois-ci, le thème est “Bien au chaud dans mon manteau !”, tout à fait d’actualité. Le manteau a été rangé avec la première vaguelette de froid, on a ressorti la doudoune. Cette doudoune vit son 3è hiver…  J’avais bien cherché et investi il y a 3 ans, j’ai bien fait ! La 1ère année on a retourné les manches… Cette année je pense sera sa dernière, mais qui sait ?

Mais pour être sûr d’être bien au chaud, chez nous une doudoune ne fonctionne pas sans cagoule et sans snood (pas d’écharpe à l’école), et aussi sans moufles, rangées au fond des poches sur cette photo. Et voilà une jolie panoplie toute colorée anti-grisaille hivernale :)

Ma participation aux “Petits sur leur 31 ” de Yeude