Et 2017…

Et pour bien commencer cette année, je vous souhaite à tous le meilleur de ce que vous désirez ! Je vous ai laissé a quelques jours de Noël, et depuis je me suis retrouvée dans cette étrange faille temporelle des vacances de Noël. Temps de la déraison, de la non-réflexion, le tout à 100 km/seconde (minimum).

xmas

Partir, revenir, repartir, les copains, la famille, une petite maladie, bref, un agenda de ministre fort rempli qui laisse sur les rotules. Quoi de mieux pour commencer que d’être dans un était « lamentable » ? De celui qui donne envie de dire « ah non hein c’est fini, PLUS JAMAIS », et nous entraine sur le pas des bonnes résolutions… ou pas, on verra bien en fin d’année ;)

Nous avons passé Noël à la mer, je crois bien que c’est ma toute première fois ?! Bon, c’était un drôle de Noël, on a frôlé les 15 degrés, pas facile de se mettre dans le mood hiver/Père Noël/rennes/sapin ! Mais plutôt grandes balades (préventives et digestives) au bon air. La gnomette ravie de voir ses grandes cousines. Des beaux cadeaux a gogo et des jolis moments en famille, comme toujours.

bretagne family

Puis direction Paris, famille et amis, encore des cadeaux et des bons moments en famille mais aussi avec les amis que l’on voit moins. Beaucoup de rigolade, et du grand n’importe quoi ! La gnomette ravie de voir ses petits cousins (bis).

reindeer

De tout ça j’ai ramené des chouettes souvenirs mais aussi un énorme rhume de cerveau. Qui a débarqué à l’improviste, pile-poil pour me laisser pantoise et HS la soirée du nouvel an. Il m’a bien pris la tête, mais je me suis consolée avec 3h30 de Seigneur des Anneaux et mon chat gaga de ne pas m’avoir vue pendant 4 jours. Ahhhh Paris, merci pour ce souvenir et ce démarrage d’année dont je me souviendrai !

new year'eve

Et voilà que c’était déjà la reprise, enfin presque car ce rhume m’a collé  à la peau plus d’une semaine. Donc pas encore de sport, des soirées courtes. Mais il a quand même fallu se remettre au boulot, et avec le cerveau en miettes, on y va au ralenti. Et pour finir cette reprise en beauté, c’est la gnomette qui s’est chopé une gastro ce week-end… Et dire qu’au début j’ai cru qu’elle avait fait une intoxication alimentaire due à une overdose de galette !

feve minion

Bon, ça y est, on va peut-être pourvoir la commencer normalement cette année ? Il serait temps que je fasse le bilan de mes objectifs et poser des nouveaux. Et aussi penser aux cartes de vœux. Et aussi… Ohlala ça fait déjà trop de choses pour un démarrage en douceur. Ah oui douceur, c’est bien ça pour commencer une année ! Alors je vous dis à bientôt, en douceur…

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Paris, c’est fini

Longtemps, j’ai rêvé d’arpenter tes rues quotidiennement. Longtemps, je t’ai regardé comme le seul endroit au monde où l’on pouvait être heureux d’habiter. Longtemps, je n’ai attendu que ce moment où je pourrai m’envoler de ma banlieue et installer mon nid dans un de tes quartiers. Je profitais de chaque occasion pour venir te visiter, surtout l’été, je me faisais gardienne d’appartement ou d’animaux, ce qui me permettait de te voir et de vivre avec toi quotidiennement.

Et puis il y a eu ce jour où enfin ! je suis venue vivre dans l’un de tes quartiers. J’ai vite pris mes marques, à l’époque c’était plus facile qu’aujourd’hui, je vivais seule et c’était la belle vie, même si je travaillais pas mal pour pouvoir financer ce petit appartement. Ce fût vraiment une belle époque, j’étais insouciante, et enfin je vivais mon rêve.

J’ai vraiment profité de cette période, un peu fêtarde, un peu vie de nuit, ça a bien duré quelques années… Tu étais parfaite pour cette vie un peu patachon. J’ai testé plusieurs quartiers, voir un peu comment ça se passait  dans tes divers recoins. Et puis un jour j’ai cessé d’être sur mon petit nuage. Je ne sais plus vraiment quand, comment ni pourquoi c’est arrivé… L’habitude ? L’âge ? L’évolution de la vie ? L’envie de voir évoluer ma gamine ailleurs que le nez dans les pots d’échappement ? J’ai ouvert les yeux et j’ai commencé a voir tes mauvais côtés. Tes rues sont de plus en plus sales, je ne supporte plus de voir quelqu’un devant moi jeter son mégot par terre alors qu’il y a une poubelle 5 mètres plus loin. Les voitures sont de plus en plus nombreuses à t’arpenter malgré les nombreuses pistes cyclables dont tu es aujourd’hui équipée. Les gens foncent tête baissée sur tes trottoirs, trop speed, ils me rentrent dedans sans s’excuser. Parfois même je me fais gentiment insulter juste parce que j’ai pas de cigarette… Et ça, je n’aime plus du tout, je n’arrive plus à faire comme si de rien n’était.

Oh bien sûr, tout cela n’est pas de ta faute, vu que ce sont surtout les gens qui t’habitent qui te font. Mais ce qu’ils font de toi, je n’aime plus. Je ne prends plus de plaisir à me promener dans tes rues, de toutes façons je ne peux plus te contempler, je dois regarder mes pieds pour éviter les crottes de chien. Je ne parle même pas du métro et des galères presque systématiques, du périphérique en sur-saturation quotidienne (même en heures creuses…), ni des mots doux susurrés aux oreilles des filles en jupette… Toutes ces petites choses qui, cumulées, ont fini par remettre en question mon désir de jeunesse d’être une citadine accomplie.

Bien sûr, tu restes la plus belle ville du Monde, avec tes magnifiques bâtiments et divers monuments, dont je ne me lasserai jamais, j’en suis sûre. Et c’est cette belle image de toi que je veux garder. Evidemment, je reviendrai te voir de temps en temps, parce que passer plus de 20 ans avec toi çà ne s’oublie pas comme ça… Et je suis sûre que ton absence me fera t’apprécier plus qu’aujourd’hui où je ne vois plus que tes mauvais côtés.

Paris, toi et moi, c’est fini.

tour eiffel

Le temps d’un weekend

Lorsque nous sommes partis chercher la gnomette après sa semaine de vacances dans le Nord, j’avais doublement hâte : de la retrouver mais aussi de changer de paysage, certaine qu’un bol d’air (plus) pur boosterait mon moral. C’est souvent le cas : quand ça ne va pas fort, j’ai remarqué que partir, quitter mon environnement quotidien me fait du bien. Une petite rupture avec la réalité. Non, bien sûr, cela ne guérit pas, mais çà redonne un coup de fouet, un coup de pouce pour retrouver un peu de légèreté. Cela tombait bien, le weekend juste après le départ de Roméo, direction la campagne du Nord.

le Nord
le Nord
le Nord le Nord le Nord le Nord

Le temps d’un weekend, j’ai profité juste du moment présent, de la retrouver, de l’entendre me parler pendant des heures, des câlins a gogo… Mais aussi de la nature, de respirer à plein poumon, du soleil, de marcher, de vider mon esprit. Mais aussi, le lendemain, de voir -enfin !- un peu de neige, attraper des flocons avec la langue, faire des traces de pas… et en rentrant sentir la chaleur du feu de cheminée. Ne plus penser, être bien, savourer le moment présent. Sourire, et rire même.

le Nord le Nord

Le retour a été un peu dur, mais quand j’ai le blues je me replonge dans ces moments précieux qui te rappellent que, malgré les épreuves, la vie est belle.

Le chat qui ne faisait pas ses nuits

Quand tu es enceinte, je crois bien que l’une des choses que tu entends le plus est : « profites de dormir, après, c’est foutu ! ». Oui en effet, une fois que tu découvres les joies de la parentalité, tes nuits sont un tantinet raccourcies. Mais, si tu as gagné le gros lot à la loterie, cela peut s’arrêter très vite et tu peux retrouver des nuits normales. Par normales j’entends sans réveil intempestif et non souhaité par des hurlements de gnome. Nous avons été extrêmement chanceux, nous avons tiré le super gros lot. La gnomette a fait ses nuit très vite, et depuis, elle dort. Bien. Très bien même. Et tard. Elle ne se réveille pas la nuit. Même quand ses dents poussaient. Les cauchemars on ne connait pas. Bref, je n’en rajoute pas plus, tu es déjà en train de nous détester en nous promettant mille maux lors de son adolescence.

Oui, notre gamine dort bien. Mais notre chat, mon chat dans ce cas, NON. Ce chat a toujours été du genre causant, mais raisonnable. Un peu après la naissance de la gnomette, il est devenu diabétique. Déjà ça nous complique un peu la vie, mais bon, après avoir eu le gros lot des gosses, on ne pouvait pas trop se plaindre. Depuis, cela a déclenché chez lui un mode « vocalisation », qui va crescendo chaque année. La journée, ça va encore, mais il a commencé a causer la nuit. Puis ce n’était plus causer, mais miauler fort, très fort, trop fort. Tellement fort que ça nous réveille. Enfin l’homme surtout, car moi je n’hésite pas à mettre des boules quies. En plein milieu de la nuit, d’un seul coup, des miaulements/hurlements de désespoir ? d’abandon ? de douleur ? de « jeveuxquonsoccupedemoi » ?  qui te réveillent en sursaut. Bon, une fois de temps en temps, je ne dis pas, mais toutes les nuits… Voire plusieurs fois par nuit… C’est fatiguant, alors qu’on a la chance d’avoir une gamine qui écrase dort paisiblement (et que le chat ne réveille pas, ouf).

Depuis un épisode très difficile pour sa santé à Noël , les miaulements avaient empirés. Le chat a passé 2/3 nuits enfermé dans la salle de bain pour qu’on l’entende moins. Il y est bien hein, il a de quoi manger et boire, sa litière, son coussin… Et puis j’ai demandé de l’aide à une de mes amis conseillère en fleurs de Bach, et après quelques jours, on a eu un chat « muet » pendant 2 semaines.  2 semaines ! A dormir des nuits complètes ! Au début j’avoue j’ai même eu peur qu’l ne ne se soit endormi pour toujours tellement les nuits étaient calmes. Et puis son diabète c’est re-déréglé, les miaulements sont revenus, mais par intermittence. Mais encore plus fort, parfois je peux l’entendre du bas de l’immeuble et nous sommes au 4é etage… Et puis cela s’est calmé, je jongle un peu avec les doses d’insuline et les fleurs de Bach, et en ce moment il ne cause plus. Je connais bien mon chat, cela va faire 16 ans que nous vivons ensemble lui et moi. Je vois bien qu’il y a quelque-chose qui ne va pas parfois. Qu’il est vieux, qu’il approche doucement de la fin. Je vois bien qu’il ne dort plus autant qu’avant (mais pourquoiiiiiiii ?), qu’il n’est plus aussi posé et détendu, malgré ses ronronnements. On fait le maximum pour qu’il soit bien. Bien sûr on ne va pas lui couper les cordes vocales (même si parfois on y a pensé très fort !), on prend sur nous, sachant tout cela. Et tant pis pour les cernes et les nuits hachées. Car malgré tout, je l’aime trop, mon Roméo.

cat

 

Résolutions ? Non, objectifs !

Et voilà, déjà la moitié de Janvier est passée, je viens juste de finir ma carte de vœux (et on peut dire que je suis en avance cette année !), il est temps de faire le petit bilan de ce que je voulais réaliser pour 2015… Finalement la bonne idée pour moi est bien de ne pas me fixer des résolutions mais de « tendre vers »… « d’essayer de »… d’avoir des « objectifs ». En relisant mon article de l’an passé, je me rends compte que 4 sur 5 des objectifs que je m’étais fixés ont plutôt bien avancé ! Et c’est bête hein mais ça donne encore plus envie de continuer !

Tadam ! Le bilan (qui fait du bien) !

La Green Attitude : elle s’ancre doucement mais surement dans notre famille. C’est une façon de vivre qui se travaille au quotidien, et que l’on va continuer à faire avancer cette année.

Manger mieux : je sais dorénavant que je ne serai jamais végétarienne, mais cela ne m’empêche pas de mieux consommer. Je n’achète plus que de la viande bio, donc j’en mange moins (car ce n’est pas donné…). Pour le reste on est passé au quasi tout bio pour les fruits et légumes. Sauf j’avoue la mangue du maraîcher de temps en temps tout simplement car je n’en ai jamais mangé d’aussi bonne. On consomme essentiellement de saison, sauf pour le concombre car la petite en raffole et ça fait un légume qui se mange facilement avec tout.

La photo argentique : et bien non, je n’ai aucunement avancé sur mes scans, mais j’ai repris le labo photo ! Du coup je dois travailler sur des thèmes pour une expo en fin d’année, alors je shoote du noir et blanc avec mon beau Nikon F3 et je fais des tirages au labo toutes les semaines. Objectif plus qu’atteint !

labo photo labo photo

Le tricot : Victoire ! moi qui pensai que je n’y arriverai pas… Le démarrage fut très long, mais aujourd’hui on peut dire que je maîtrise parfaitement le point mousse ! J’ai commencé par des petits carrés pour faire une couverture, mais c’est un travail assez long. Il va surtout me permettre d’apprendre les différents points. Pour changer, j’ai tricoté un snood pour la petite et un bandeau pour moi. Certes ce n’est pas grand-chose, mais quelle satisfaction ! Et quel plaisir, cela ma détend de tricoter en fait. Plus que le coloriage…

knitting knitting

Reste la flemme… bon bon bon, elle, elle est toujours bien là hein… C’est tellement facile parfois de se poser devant une bonne série (et il y en a tellement !) ou de lire un bon bouquin (et il y en a tellement !) que de faire de la cuisine élaborée ou des diy de folie…  Après une dure journée de labeur… C’est LE point qu’il me reste à améliorer.

Alors pour 2016, je ne vais pas me fixer de nouveaux objectifs, car j’ai juste envie de continuer à améliorer ceux de 2015. Et puis nous travaillons sur un projet de changement de vie, qui va nous demander beaucoup d’investissement en temps et en énergie… Donc je n’ai aucun intérêt à mettre la barre trop haute car je sais d’avance que je n’y arriverai pas ! Petit à petit…

Et vous, bilan positif ? Des objectifs pour 2016 ?