Un jour d’été au printemps

Une journée de dingue. La météo l’avait annoncé, les températures explosaient ce mercredi de mi-avril. Une envie soudaine de faire comme si c’était vraiment l’été, une envie de pique-nique, de farniente en extérieur. L’homme ne travaillant pas, on a décidé de faire une surprise à la gnomette en allant la chercher à l’école tous les deux pour aller directement pique-niquer au Parc de la Courneuve.

Nous sommes arrivés dans ce parc immense encore quasi vide, nous avons installé les couvertures et d’un coup on se serait presque cru en vacances…

J’ai même ressorti le Diana Mini, car avec le soleil revient l’envie de faire des (belles) photos.

On s’est reposés, on a colorié, bouquiné, jouer aux cartes, fait des bulles, mais on a aussi parlé aux canards et surtout sauté dans les champs de pâquerettes (je n’en ai jamais vu autant, c’était incroyable !) La chaleur, le soleil, on s’est vraiment cru en été pour quelques heures. Puis le parc s’est rempli au fur et à mesure de l’après-midi, alors on s’est promenés, on a été à la grande aire de jeux remplie de gnomes hurlants pour que la petite puisse en profiter (nous moins…). Et on a reporté et reporté l’heure du retour, pour profiter a fond de ce jour spécial.


Such a beautiful day…

Un weekend hors du temps

Partir un grand weekend dans la région bordelaise pour un mariage attendu.

Arriver dans un charmant château, retrouver tous les “vieux” amis dispersés dans différentes régions, à l’étranger, et qu’on ne voit pas assez.

Se préparer entre filles avec la mariée, un joli moment pour nous toutes. Se mettre dans l’ambiance Game of Thrones/Seigneur des anneaux pour la cérémonie et la soirée, (presque) tous déguisés dans l’esprit médiéval elfique.

Une cérémonie laïque, sans chichi ni froufrou, juste comme il faut. Un apéro dînatoire de folie, un dîner présidé par les mariés devant un poster géant du trône de fer. Vite manger pour occuper la piste de danse, une coupe de champagne à la main jusqu’au bout de la nuit.


Se réveiller tard pour le brunch, puis chiller au soleil avec ses amis. Profiter de la piscine, se balader, jouer au molky, faire des bulles, regarder les photos de la veille…

Du gris et du soleil, du vert, des fleurs et de la douceur, le printemps qui arrive, de la bonne humeur à gogo, du rire et de l’amitié.

Sans oublier la gnomette qui était là bien sûr, toujours en compagnie d’autres enfants, et avec des animateurs le soir de la fiesta. Elle s’est amusée autant que nous…


Merci aux mariés pour ce magnifique weekend hors du temps.

Un samedi à Paris

Il y a des jours comme ça, tout se passe bien, la journée est agréable, sans heurts, et elle se remplit d’imprévu et de surprises.

Samedi dernier, après une matinée typique (réveil tardif, long petit-déjeuner, marché…), nous somme partis à Paris voir le spectacle “Slava Snowshow”. Pendant presque 2h, nous avons été transportés dans un monde fort joli, captivant, énigmatique, et… plein de surprises ! Un régal pour petits et grands… (je vous le conseille vivement d’ailleurs)

Sortis du théâtre, j’abandonne homme et gnomette pour aller retrouver une amie pour la soirée. Il me restait 1h30 à passer avant notre rendez-vous. Mon idée première était d’aller faire un tour dans les magasins vers St Lazare, finir les cadeaux de Noël… A peine un pied posé dans une boutique, un sentiment de refus intense me submerge. Trop de monde, trop de queue, trop de bousculade, trop de bruit… Encore dans la magie du spectacle, impossible pour moi d’intégrer cette dure réalité de foule hystérique pré-Noël. Je fuis.

Je décide d’aller à pied vers Châtelet retrouver mon amie. Je ne me ballade plus beaucoup seule dans Paris depuis que j’ai la petite… Alors j’en ai profité pour arpenter les pavés parisiens. Je suis passée dans des quartiers où je ne vais presque jamais, comme la Madeleine. J’ai admiré la débauche de lumières de Noël dans ce coin…

Mes pas m’ont amené vers le Jardin des Tuileries, devant lequel est installée comme tous les hivers la Grande Roue. J’ai pensé à monter dedans, mais trop de monde… !

J’ai flâné dans le parc avant la fermeture. Alors que je prenais une photo, je me suis fait aborder par une charmante jeune fille, qui m’a demandé si elle pouvait me réciter un poème. Dans le cadre de ses cours d’art, un de ses professeurs lui a demandé de choisir et de réciter un poème à 10 inconnus dans la rue. Evidemment j’ai accepté, j’étais la n°7. J’ai adoré ce petit moment hors du temps, surprenant, une joli poème très bien récité par ailleurs. Je suis repartie le sourire aux lèvres, encore plus ravie de ma promenade nocturne.

Mais l’heure avait tourné et j’ai fini en métro… Pour voir l’expo Jeff Koons a Beaubourg (et un petit tour à l’expo Marcel Duchamp et ses peintures, mais non, vraiment, ce n’est pas mon truc…). Et finir la soirée par un petit dîner dans un troquet.

Une belle journée, fatigante, étonnante, mais comme j’aime.

Merci Tateg pour la photo de Koons

Le plaisir fugace d’un petit-déjeuner au café

Quand tu es maman et que tu travailles, ce n’est pas toujours évident d’avoir des moments solo, de céder à tes envies du moment. Je ne dis pas que tu es coincée, que ce n’est pas possible, non, non, pas du tout. Juste qu’il faut prévoir, planifier, essayer de s’organiser. Difficile de céder à une envie subite…

Le mercredi, je ne travaille pas. Jusqu’à cette année je passais toute  la journée avec la petite. Mais depuis qu’il y a école le matin, j’ai quelques heures pour moi. Enfin… pour les courses, les rendez-vous médicaux, administratifs…  Ce genre de joies auxquelles tu n’échappes pas.

Mercredi dernier, j’avais donc un rendez-vous médical dans Paris. Sur le retour, j’ai vu que j’avais un peu de temps avant d’aller chercher la petite à l’école. Dans le métro, une envie subite me prit (très certainement fortement liée aux bruits bizarres en provenance de mon estomac) de petit-déjeuner. Dans un café. A 10h45. Le temps de décider si je cède à cette folie (1 mn), je sors du métro, trouve un café, et commande des tartines beurrées avec un allongé. Je m’installe et sors mon bouquin. Je lis un peu, je regarde les gens se presser dehors. Je savoure. D’être là, mais aussi ce fabuleux petit-déjeuner complet. Tartines beurrées dont je rêvais, mais aussi confiture, et jus d’orange.  Je n’avais pas fait ça depuis… des années…   Je me suis régalée, même si ce n’était pas la meilleure baguette de la terre.

Un petit moment de plaisir, sur une impulsion. Comme quoi, parfois, il faut savoir s’écouter.

Un dimanche au soleil

Un dimanche comme on aime… Rien de particulier de prévu, pas envie de se presser ni de courir loin faire quelque chose, juste suivre son feeling.  Finalement se décider pour un pique-nique, trouver de quoi faire des sandwichs, prendre un ballon, un jeu de cartes et des tickets de manège et partir pour quelques heures au parc de la Villette.

Arriver en fin de matinée, profiter qu’il y ait peu de monde pour aller à la grande aire de jeux et sauter sur les boudins gonflés. S’installer sur la pelouse, grignoter, jouer aux cartes, au “facteur n’est pas passé” (son nouveau jeu préféré). Les pieds nus, courir dans l’herbe. Se reposer et sentir la douce chaleur du soleil. Aller faire un tour de manège et manger une glace. Se rendre compte que la foule les gens ont décidé d’arriver en début d’après-midi… Rester avec la petite – encore un peu ! –  pendant que l’homme se dévouait pour rentrer et continuer la guerre aux puces. Aller à une autre aire de jeux, se promener dans la “jungle”, manger une gaufre… et s’apercevoir que c’est déjà la fin de la journée.

Rentrer le cœur léger, le sourire aux lèvres, se sentir encore un peu en été…

Vue sur la villettelittle girl jumpingombres et silhouettespieds nus dans l'herbepetite fille dans le soleilmanègeregarder l'eau qui coulebaladecouleurs d'automne