L’écharpe météo (projet tricot 2017)

J’avais repéré l’an dernier sur la toile cette idée de couverture météo. Le principe ? Tricoter un rang par jour en fonction de la température extérieure. C’est donc la météo qui définit la couleur utilisée pour le tricot, qui se crée au fur et à mesure des saisons. Cette idée m’a immédiatement séduite ! J’aime l’effet surprise, le fait de construire au fur et à mesure… Mais bon, une couverture, pour moi qui suis quand même encore plutôt débutante (si, si on peut le dire !), cela me semblait un challenge un peu compliqué à réaliser. Mais cette idée ne me sortait pas de la tête, alors j’ai décidé de l’adapter en écharpe. Beaucoup moins long à tricoter ! Ce projet m’a semblé faisable et sympa sans être trop contraignant.

Le principe est donc de choisir des couleurs par tranche de 5 degrés (à adapter selon les régions, pays). J’ai donc choisi 7 couleurs, qui vont de en dessous de -5 à 30. Large spectre en effet ! En me disant que les températures les plus hautes et les plus basses seraient peu utilisées. Voici mon choix de couleur, de la plus froide à la plus chaude (j’ai aussi une couleur de rab au cas ou on dépasse les 30 degrés) :

couleurs-laine couleurs-laine

Puis s’est posé la question de l’heure à laquelle relever la température… Après mûre réflexion, je me suis dit que j’allais tricher un peu pour cette première… Je la prends le matin assez tôt en hiver (vers 9h) et en été si je veux monter dans les degrés les plus chauds je décalerai surement au midi, sinon je n’utiliserai pas toutes mes couleurs… Si j’en refais une, je fonctionnerai peut-être autrement en faisant des fourchettes de degrés plus réduites et ainsi prendre la température toujours à la même heure. À cogiter et affiner donc ! Pour cette année cela me va très bien.

J’ai choisi le point mousse car c’est le seul que je maitrise bien… Je ne tricote pas forcément tous les jours, je note dans un carnet l’heure, le jour, les degrés et la couleur de la laine a utiliser. Et voilà ! C’est plutôt simple et amusant.

Mon écharpe pour le mois de janvier :

echarpe meteo janvier

Et l’évolution semaine par semaine :

echarpe meteo janvier

Depuis j’ai eu des conseils pour gérer mes changements de couleur et avoir moins de fils à rentrer, résultat le mois prochain !

Dire que j’ai déjà hâte de voir le résultat, et je n’ai fait qu’un mois…

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Apprendre à tricoter en faisant… des carrés

Et oui, je me suis (déjà !) attaquée à un de mes objectifs pour 2015 : apprendre à tricoter. Ma grand-mère était une as du tricot, ma mère l’est aussi… Alors je me suis dit que ce savoir-faire intergénérationnel ne devait pas s’arrêter là, et que je devais m’y mettre. Qu’il n’était pas trop tard. Qu’il n’y a pas d’âge pour apprendre à manier les aiguilles…  Et que mon échec au crochet ne voulait pas dire que je n’y arriverai pas au tricot.

J’ai commencé par chercher une idée de modèle à créer. Je regardai des tutos pour débutante, mais très vite il fallait faire une diminution, une augmentation, des mots barbares pour quelqu’un qui n’avait jamais au grand jamais tenu une aiguille à tricoter de sa vie… Et des projets plutôt longs. Une copine m’a alors parlé d’un bouquin, « Mon plaid à moi ». J’ai trouvé l’idée carrément parfaite pour une vraie novice comme moi : il s’agit de tricoter des carrés pour à la fin les assembler et en faire un grand plaid. Différents points sont appris tout au long du livre, de plus en plus difficiles… Un carré ce n’est pas trop long à réaliser, et l’on peut voir le fruit de son travail rapidement, ce que je trouve très positif et encourageant.

Avec ce livre comme base, j’ai donc commencé des leçons particulières avec ma maman. Oui, oui, il y a plein de tutos vidéos sur la toile, mais moi j’aime bien apprendre avec quelqu’un. Surtout quand c’est ma mère et qu’elle a des doigts de fée pour tricoter ! On a commencé par la base, le point mousse. Au début j’avais vraiment l’impression d’avoir des gros doigts et de ne pas y arriver… ! Puis, doucement (mais surement), j’ai compris, et j’ai attaqué mes 1ers rangs.

Un soir où j’étais seule, j’ai fait une grosse soirée tricot (plusieurs heures). J’ai monté presque un carré entier pour m’apercevoir qu’il y avait un trou au milieu… et j’ai du tout défaire. Et j’ai recommencé immédiatement sans rester sur cet échec. Ma mère m’a dit de compter mes mailles souvent au début, histoire d’éviter ce genre de boulette…

Aujourd’hui, je vois que je progresse ! Je tricote plus vite, mes mains se positionnent naturellement. Mon point s’est amélioré, je ne serre plus les mailles comme une hystérique. J’arrive à écouter un documentaire ou une émission de radio, voir même suivre le jeu auquel joue l’homme sur sa PS ! C’est encore loin d’être parfait, mais c’est de mieux en mieux et c’est ce qui compte.

Bref, vous l’avez surement compris, ça me plait. Et surtout cette méthode d’apprentissage me convient… Je préfère bien maîtriser un point avant d’en apprendre un autre. Encore quelques carrés au point mousse et je passe à un autre point… Je suis trop fière de moi ! :)